CE QUE J’AI DIT AU PRÉSIDENT…

Le « Général » ne s’empêchera pas aussi d’évoquer l’affaire de ses centres de redressement non sans signaler que le Président de la République n’a pas manqué de le joindre au téléphone.

Mais il précisera s’être contenté de lui dire ce qui suit : « nous tous devons aller en prison. Amul Massamba, amul Mademba, amoul buur la, amoul badoolo laa. Nous sommes déjà en prison ». (Sous l’invite gestuelle de Serigne Mbackiyou Faye, Serigne Modou Kara acceptera de clore ce chapitre).

Cependant, un peu avant, il s’étonnait de la tournure que les événements ont prise. « Aucun d’entre nous n’a le droit de rester sans rien faire. Nous avons été bien éduqués et avons qualité à éduquer. Parmi les personnes qui sont internées dans les centre de redressement, il ya des pères de famille. Et j’imagine que ceux qui sont arrêtés ne sont pas tous fautifs ».

UN JOUR VIENDRA…

Se glorifiant de ce petit déjeuner de 21 moutons jadis offert à lui par le regretté Serigne Saliou Mbacké et de l’interprétation qu’il en fit, Serigne Modou Kara Mbacké se dira rassuré que le Sénégal finira tôt ou tard entre les mains de personnes bien différentes.

« Serigne Touba, tôt ou tard, mettra à la tête de ce pays des gens véridiques qui ne dilapideront pas les ressources de ce pays et qui ne feront rien sans se référer à Serigne Touba. Cela arrivera. Je suis obligé de le dire… »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here